CM1/CM2

3e sortie à la mare

Le 23 juin, nous avons fait notre dernière sortie à la mare.

Nicolas Le Garff, animateur du grand site dunaire, nous a accompagnés pour une dernière tournée des mares (celle de Glevenay, petit arrêt au lavoir qui vient d’être dégagé sur le chemin qui mène à la fontaine de Ste Barbe, la mare du stang, une petite mare sur la dune et une autre mare plus proche de la mer)

Nous avons pu remarquer les variations saisonnales sur :

  • le niveau de l’eau.
  • la végétation.
  • le nombre d’individus pêchés.

En effet, le niveau d’eau était bien plus bas. La végétation s’était tellement développée que certaines mares étaient inaccessibles pour les petits pêcheurs. La pêche a été très riche. Les enfants ont pu montrer qu’ils avaient bien mémorisé le vocabulaire lié à ce milieu spécifique.

Animation sur les abeilles

Vendredi 31 mars, Maxence, apiculteur, est venu nous parler d’abeilles et de pollinisation. Compte-rendu en photos

Ateliers sur l’estran

Jeudi 22 mars, pendant l’après-midi, nous avons travaillé en ateliers avec des étudiants de Kerplouz. Il y avait quatre groupes : les goélands argentés, les crevettes grises, les bigorneaux et la salicorne. Nous avons fait quatre ateliers : la chaîne alimentaire, riques et pollutions, les adaptations morphologiques et la classification.

Lena-Anna, Enora et Syan

La chaîne alimentaire

Kerian nous a montré des seaux. Il y avait des photos d’animaux sur chaque seau puis il nous a expliqué qu’il y a des producteurs primaires, secondaires et tertiaires, et des super prédateurs. Elina et Pia

Le première étage s’ appelle, producteur primaire, le deuxième étage s’appelle producteur secondaire,le troisième étage s’appelle tértiaire et enfin le tout dernier étage s’appelle le super prédateur. Dans le première étage il n ’ y a que des plantes : salicorne , plancton… Dans le deuxième étage il y a des crevettes,des bigorneaux et des vers dans le troisième étage il y a le mulet et le crabe . Le dernière étage il y a le goeland. Chaque étage mange celui du dessous.Si on enlève un maillon dans la chaîne alimentaire, tout tombe et si on enlève le maillon du dessus ceux qui sont en dessous se reproduisent et mangent tous les autres .Et toute la chaîne alimentaire disparaît . Nous, dans cette histoire, nous sommes tous concernés .

Malaury et Melyna

Risques et pollution

Risque et pollution

Dans cet atelier nous avons travaillé sur les risques et la pollutions 

Marine,(une étudiante) a posé sur les tables en ilôts un planisphère

Sur ce planisphère étaient déposés des déchets, que nous avons

triés sur des affiches où il était écrit : déchets naturels,humains et

professionnels. On les a trié chacun notre tour. On a parlé du

septième continent où il y a plein de déchets jetés par les humains

exprès ou pas. Ce continent fait six fois la taille de la France. Ce

continent pollue beaucoup la planète, mais il ne sont pas tous arrivé

là par hasard,c’est le courant qui les emmène.

Conclusion : il ne faut plus jeter de déchets dans la mer

Pour aider les animaux il faut récupérer un déchet quand il est

par terre.

Notre planète est en danger sauvons là et ces animaux aussi !!!!!

Jade et Yuna

On a appris qu’ il y avait un 7emè continent de déchets, de 30 m de profondeur, dans l’Océan Pacifique. Et à cause de la pollution chaque jour des poissons meurent. Ce qu’ il faudrait, c’est jeter moins de déchets dans la mer. Tout ce qu’on a appris c’est grace à Marine.

Elena et Olympe 

On a travaillé avec Marine sur les risques et pollutions. Tous les animaux de mer sont concernés par les déchets que les hommes jettent dans la mer ou par terre. Il y a les déchets professionnel, les déchets naturels et les déchets humains. La pollution ça tue les animaux.

Gabriel et Marius

Les adaptations morphologiques

Durant l’après-midi, Alexis nous a montré à quoi servaient les adaptations morphologiques. Le bigorneau (la littorine) est jaune pour se camoufler sur les algues jaunes. La crevette grise s’adapte au sable car elle est transparente. Tout le monde est concerné par les adaptations morphologiques. Nous, notre cerveau s’est développé, on ne marche plus à quatre pattes, les poils et la queue ont disparu.

Laura et Vianney

La classification

Avec Joanne nous avons parlé de la classification des êtres vivants au bord de mer. Il y a 2 grandes familles : les animaux et les végétaux. Dans les animaux il y a 3 familles Il y a ceux qui ont 4 membres (oiseaux, poissons et les amphibiens), ceux qui ont une carapace articulée et ceux qui ont le corps mou. Dans végétaux il y a 3 familles : Il y a les mousses, les feuilles développées, et les algues.

Sacha et Finn

Bois du Varquez

Vendredi nous sommes allés en foret en vélo avec un pique - nique, miam ! Nous avons mangé à la chaise de César, un endroit quelque peu magique. Après nous sommes partis chercher des feuilles de plusieurs espèce d’arbre pour faire un herbier. On s’est séparé en deux groupes. Avec nous il y avait Stéphane et la maitresse et avec eux, il avait Christelle et Nathalie. On a trouvé plein de feuilles, des feuilles de chêne,de châtaigner,de pin ex … Quand on est rentré, on s’est rendu compte que les deux équipes avaient trouvé un champignon …dont un avait des vers ! On a fait des dessins de la forêt devant nous ,et on est rentré a l’école en vélo.Après avoir passé des côtes,le pont, les pauses sucre, le centre d’équitation,on a traversé la route, on est arrivés,on a posé nos sacs, on est allé boire, on a joué à la récréation est on est rentré chez nous. Heidi (CM2) et sa copiste Faustine

Centenaire 1914-1918

En plus du travail mené en histoire autour de la Grande Guerre, les enfants ont participé activement aux manifestations locales. Le dimanche 4 novembre, ils ont lu, devant une assemblée nombreuse, la lettre d’un poilu à sa mère, lors de l’inauguration de l’exposition organisée par l’association Liberty Breizh Memory Group. Ils ont ensuite visité l’exposition et ont écouté avec grande attention les explications de François. Enfin, le 11 novembre, ils ont lu les noms des soldats morts pour la France lors des commémorations officielles.

Cérémonie du 11 novembre

Les enfants de l’école sont venus nombreux assister et participer à la cérémonie du 11 novembre. En effet, ils avaient préparé en classe la lecture de textes poétiques sur la Grande Guerre, et sélectionné l’un d’eux. C’est après le discours du Maire que les enfants sont entrés en scène. Ensuite, un élève volontaire de CM2 a participé au dépôt de gerbe.

Merci à eux pour leur participation. Merci aussi à l’Association LBMG, qui a fait présenté à cette occasion 8 bénévoles portant les uniformes des derniers conflits dans lesquelles la France est intervenue.

Char à voile

Peu de vent mais quel soleil pour notre reprise cette année ! Le premier cours a été l’occasion de revoir comment on grée un char, et le vent s’est levé juste à temps pour nos premiers tours de piste. Prochaine séance le 25 mars.

Char à voile : c’est la reprise

C’est reparti pour le char à voile ! Pour cette première séance, les enfants ont repris avec plaisir leurs vélos pour se rendre à Penthièvre.

Pierre et Pierre ont pris chacun un groupe. Nous avons choisi de constituer un groupe de débutants et un groupe d’experts. Pendant que les débutants prenaient contact avec leur char et faisaient de petits jeux de pilotage, sans puis avec les voiles, les experts s’amusaient sur leur parcours. En fin de séance, tous avaient le sourire aux lèvres.

Char à voile : c’est reparti

C’est avec beaucoup de plaisir que les élèves ont repris. La première séance a été consacrée au gréement, en toute autonomie, des chars et à la re-découverte du support. Pour la seconde, le parcours s’est complexifié et, en fin de séance, les élèves ont fait un petit exercice d’équilibre : maintenir le char sur deux roues, à l’arrêt. Plus moyen d’avoir peur à l’avenir si une roue venait à lever : ils savent gérer la situation !

Char à voile pour le cycle 3 !

Les élèves de la classe de cycle 3 se sont rendus, en vélo, à leur première séance de char à voile, sous le soleil…

Classe de découverte à Nantes

Tout va bien. Les enfants sont tous au lit. On veille dans le couloir. Une journée bien pleine nous attend demain.

Compte-rendu de l’exposition « Tromelin »

Tromelin Compte-rendu de la visite de l’exposition

La navigation au 18e siècle

Ils naviquaient avec des bateaux à deux ou trois voiles, en bois. Ils pouvaient transporter plus de 300 personnes. Ils tiraient des cordes pour lever les voiles. Ils se repéraient avec le soleil le jour, et avec les étoiles la nuit. Ils avaient plusieurs cartes : la hollandaise, la française, l’anglaise, qui se contredisent. Wilson Medhy Keriwann

La Compagnie des Indes : le commerce avec les Indes

Les bateaux partaient de Bayonne et de Lorient. Ils transportaient des épices, des tissus, de la soie et du coton, de la porcelaine. Les bateaux de commerce allaient en Inde et en Chine. A bord de « l’Utile », il y avait 300 hommes et 50 tonnes de riz. Ils devaient aller à Madagascar, puis en Inde, mais ils ont fait un détour pour aller chercher des esclaves. Pia et Tom

Extrait (fictif) du journal de bord

Journal de bord jour 25 Il y a une énorme tempête qui se prépare, on va se la prendre en plein fouet.

Journal de bord jour 26 Il fait nuit et nous sommes dans la tempête, il y a des énormes vagues et il y a une dispute entre le capitaine et le pilote à propos de la direction qu’on prend.

Journal de bord jour 27 01H27 Nous avons percuté un rocher, nous devons sortir du bateau. Nous ne pouvons pas récupérer les esclaves.

Journal de bord 1er jour sur île Les esclaves ont réussi à sortir quand le bateau s’est cassé en deux. Ils ont nagé jusqu’à l’île et tous ceux qui ne savaient pas nager ont coulé. Nous commençons la construction d’un puits .

Journal de bord jour 4e jour sur l’île Nous avons construit un puits de cinq mètres de profondeur avec avec une pelle. Louis Evan Pacôme

L’habitat Leur habitat était fait en blocs de corail épais de 1m50 à 3m. Par contre, l’intérieur n’était pas spacieux du tout. On suppose que c’est parce que les voiles qui servaient de toit n’étaient pas assez grandes. Les maisons étaient construites en haut de l’île pour éviter d’être inondés lors des tempêtes tropicales. Ils ont fabriqué beaucoup de maisons (80 survivants). Ceci a dû demander beaucoup de travail. Yoann, Gabriel, Keon

La cuisine

Les ustensiles de cuisine sont fabriqués avec les restes du bateau. Ils ont fabriqué une louche avec un coquillage, et une casserole avec du metal du bateau. Pour les cuillères en fer, ils ont tapé avec un marteau pour donner une forme au metal. Ils ont récuperé des tonneaux pour mettre les aliments. Ils ont construit un four avec des briques réfractaires trouvées dans le bateau pour chauffer les aliments. Aimie Lana Laly

La survie après le naufrage : manger Les naufragés ont récupéré sur l’épave les tonneaux de riz. Sur l’île, ils chassent des sternes et des tortues. Mélyna et Malaury

Concours de dessins

Les enfants de l’école de l’Océan ont participé à un concours de dessins organisé par la médiathèque de Carnac sur le thème des trains. Ils ont travaillé en classe pendant plusieurs séances. Ils ont réalisé un dessin au crayon à papier, puis ont utilisé différentes techniques pour la mise en couleur : la peinture, la craie grasse, les crayons de couleur, les feutres… Samedi matin, les élèves de CE2 et leurs parents se sont retrouvés à Carnac à l’espace Téraqué, en compagnie de l’enseignante Mme Humbertjean, pour la remise des prix. Une élève est arrivée première dans sa catégorie d’âge (les 8, 10 ans). Cette remise des prix s’est terminée par un pot de l’amitié, les autres enfants ont tous reçu des petits cadeaux pour leur participation au concours !

Cross de l’école

En cette dernière journée avant les vacances, nous sommes allés faire un cross avec les élèves de CE1-CE2, du côté de la chapelle Notre Dame des Fleurs. Chacun d’entre nous devait s’engager sur un temps (de 12 à 24 minutes de course). Tout le monde a tenu bon, et certains ont même couru plus longtemps que prévu !

Nous avons tous été chaudement félicités.

Des arbres pour la planète

Dans le cadre des sciences, nous travaillons cette année sur la forêt.

Nous avons mené une petite expérience afin d’établir si le germe qui pointait hors de glands collectés en forêt était une tige ou une racine. Les élèves ont proposé un protocole expérimental, qu’ils ont mené à terme : c’est une racine.

Nous avons également visionné un documentaire sur les dangers qui guettent les forêts.

En fin d’expérience, il nous restait donc des glands, que les élèves ont souhaité planter. Initialement, il était prévu de les planter à l’emplacement d’un des anciens cyprès, mais le dessouchage est trop récent, et la commune a proposé de mettre à notre disposition un emplacement sur les communs de la commune contigus à l’école.

Les élèves de la classe ont préparé un discours d’inauguration, ils se sont relayés pour le lire face à la presse et à leurs camarades, avant de retrousser leurs manches et de planter.

"Bonjour à toutes et à tous, merci d’être présents, merci aussi à la mairie de tout avoir préparé pour nous permettre de planter des glands . Nous sommes ici pour fêter ce grand événement. Dans tout le monde beaucoup d’arbres sont coupés. Pourtant les arbres sont importants pour l’air. Nous allons planter ces glands pour remplacer les arbres coupés de notre cour. Ils ont été coupés pour notre sécurité, et nous les regrettons . Nous allons en replanter pour mieux respirer dans notre humanité, pour la survie des animaux et aussi pour observer le développement des arbres. Et surtout parce ce que c’est le symbole de la vie. Nous espérons qu’ils vieilliront et qu’on les verra grandir".

Merci à M. Le Maire et aux employés communaux sans lesquels nous n’aurions pu mettre ce projet en œuvre.

Des expériences sur la lumière

Nous avons étudié l’incidence de la position de la source lumineuse sur l’ombre d’un objet.

Des sciences en sortie à la mare.

Jeudi, nous avons pu sortir, accompagnés par Nicolas Le Garff, animateur nature du Grand Site Dunaire Gâvres-Quiberon, et par deux mamans (merci à elles). Nous avons d’abord réalisé un croquis du paysage, puis nous nous sommes rendus à une première mare, qui était trop trouble et dont, en plus, les berges étaient glissantes. Nous avons donc marché un peu plus loin, jusqu’à une autre mare, située sur la dune. Nous y avons pêché des larves de libellule, des escargots, une araignée d’eau, un coléoptère aquatique, des bivalves, que nous avons ramenés à l’école pour les placer dans un aquarium

Destruction des souches de la cour

Certains élèves de la classe, qui ont eu vent du projet de détruire les souches de la cour, ont pris l’iniatiative, à titre privé, d’écrire un courrier à M. Le Maire, arguant qu’ils aimaient jouer autour.

Merci à M. Pierre d’avoir pris le temps de leur répondre. Ils ont été très heureux d’obtenir une réponse.

Du soleil pour notre première séance de char !

Du soleil et de beaux sourires pour cette première séance de char !

Les « experts » ont vite repris leurs repères et se sont lancés sur le parcours préparé par Simon tandis que les débutants découvraient l’activité. En fin de séance, tous partageaient leurs sensations avec entrain.

Ils sont prêts à repartir !

Hier nous sommes allés au char à voile à vélo. Nous sommes allés très vite. Finn

Nous sommes 30 minutes avant le groupe des lents. Nous avons mangé tous ensemble. Marius

Le jeudi 19 nous sommes allés au char à voile. Nous nous sommes tous arrêtés pour faire une pause. Jade ne se sentait pas bien. Elle est rentrée chez elle. Quand nous sommes arrivés nous avons mangé. Puis nous sommes allés faire du char. Il faisait 22°. Malaury et Gabriel se sont foncé dedans. Nous sommes rentrés à l’école. Nous étions tous fatigués. Mélyna

Il a fait beau et chaud, il y avait du vent. … Finn a déraillé deux fois. on a fait du char pendant une heure. C’était trop cool. Sacha

Hier, ils sont allés au char et Elina et moi chez Corinne et Elise parce qu’Elina avait un plâtre à la jambe et moi une attelle au poignet. On a fait un exercice et de la pâte à modeler. Laura

Nous avons fait beaucoup de vélo. Jade se sentait mal à la pause sucre. On a appris qu’il fallait toujours porter un casque au char à voile. Syan

D’abord, le moniteur nous a expliqué comment ça marchait, les chars. Puis on a essayé et nous avons réussi. Il a fait un parcours avec des virages et il les agrandissait. Enora

Keravéon

En forêt

Heidi : Vendredi nous sommes allés en forêt… A Keravéon ! Bien sûr nous y sommes allés en vélo. Le petit chemin par où on est allé était très joli !

Mila : Après quelques kilomètres de vélo, nous sommes arrivés à notre destination : Keravéon.Nous avons pris un bon pique-nique : des sandwichs, des salades, des chips, des bonbons ! Nos ventres étaient bien remplis ! Le soleil nous faisait briller les yeux ! Heureusement, la maîtresse a annoncé le rallye forêt. Le but était de trouver des feuilles d’arbre et de répondre à des questions. On s’est bien amusés ! Puis on est retourné sur nos vélos et en route pour l’école !

Yoann : … après on est monté sur nos vélos et on a eu l’impression que le retour était moins long que l’aller.

Faustine : Nous avons pique-niqué dans un endroit merveilleux.(…).Trop bien cette sortie !

L’heure du conte

Merci au grand-père de Mila, conteur, qui est venu nous enchanter début novembre avec des contes bretons. Nous nous sommes confortablement installés en contrebas de l’école et avons apprécié Pipi Menou et ses femmes-cygnes, la fée des houx.

La mare, ateliers menés en classe

Nicolas Le Garff, animateur du Grand Site, m’a proposé de faire intervenir en classe des étudiants de Kerplouz, dans le cadre d’un partenariat Grand Site - Lycée de Kerplouz, pour notre cycle sur l’étude de la mare.

Ensemble, nous avons décidé de proposer aux enfants une animation en deux temps :

  • en classe, avec de petits ateliers autour de l’observation (à la loupe binoculaire), la classification, les chaînes alimentaires, et les menaces qui pèsent sur le milieu (pollution, dégradation des berges, eutrophisation)
  • sur le terrain, pour apprendre à utiliser des clés de détermination. Ce sera vendredi 17 mars, s’il fait beau.

En fin de printemps, nous retournerons faire un tour des mares. Nous aurons ainsi observé ce milieu et son évolution au cours des saisons.

La mare, deuxième sortie sur le terrain

Pour cette deuxième sortie, nous n’avons pas eu à casser la glace, il faisait beau.

Dès la première mare, les enfants ont pu nous montrer qu’ils avaient bien retenu ce qu’ils avaient appris lors des ateliers menés en classe : comment on reconnait si le milieu est pollué, ce que sont les anoures et les urodèles, comment on reconnait les insectes, … Dès le premier lavoir, nous avons péché un triton. Chacune des mares que nous avons explorées nous a réservé des surprises, nous avons même trouvé d’autres tritons, dont un triton marbré avec une magnifique crête, une salamandre, diverses larves de libellule, demoiselle, des dityques, des corises, des gerris, …

Deux ateliers ont été menés :

  • une pêche en petit groupe
  • un atelier sur les animaux qui vivent dans, sur et autour de la mare. Dans sa boîte en carton, notre animateur disposait de trésors : ailes de rapaces, squelettes de tête d’oiseaux, exuvie de libellule, crâne de hérisson, peaux de serpent, des trésors récoltés patiemment par un passionné de nature, au fil de ses promenades dans la nature.

Un grand merci aux étudiants de Kerplouz qui nous ont accompagnés et qui ont mené les ateliers.

Le concours Gastounet

Les élèves de la classe de cycle 3 ont participé au concours Gastounet, sur le thème de la sécurité routière. Une élève a gagné un prix. Elle s’est donc rendue à Baud pour retrouver les autres gagnants et assister à un petit spectacle de jonglerie.

Les esclaves oubliés de Tromelin

Le 6 octobre, nous nous sommes rendus en bus à Lorient pour aller voir l’exposition « Les esclaves oubliés de Tromelin ». C’est le premier volet d’un travail qui nous mènera à étudier la traite négrière atlantique et à débattre et réfléchir à ce que sont les Droits de l’Homme et aux enjeux civiques qui en découlent.

Musée de la Préhistoire

Musée de la Préhistoire Compte-rendu rédigé individuellement par les élèves. Certains textes ont été fondus (même sujet, redites), mais les modifications ont été aussi minimes que possible.

Ce vendredi-là, nous sommes partis de l’école pour aller à Carnac. Précisément à Kermario. (Mélyna)

On est arrivés aux alignements en bus, c’était le mauvais endroit donc en attendant on est allé voir les menhirs. Puis l’animateur nous a trouvés. Ouf ! (Laura)

L’animatrice nous a montré des outils de la Préhistoire. Elle nous a aussi parlé du Néolithique (c’est la fin de la Préhistoire). ( Anna )

Au néolithique, ils ont commencé l’agriculture et l’élevage. (Olympe)

On a observé les alignements . Les menhirs sont alignés sur 4 km. L’animatrice nous a demandé d’observer les menhirs pendant vingt secondes. Après les vingt secondes, on a fait les menhirs : nous nous sommes alignés du plus petit au plus grand, de profil. (Gabriel et Lena) .

Ensuite, nous sommes aller chercher une corde pour déplacer les menhirs. (Malaury) Il y avait plusieurs méthodes : des rails en demi-rondin, un berceau. des rondins avec des trous. On mettait un bâton dans le trou pour faire tourner le rondin. (Malaury et Elena)

A la pause pique-nique, il y avait des élèves qui allaient dehors et des élèves qui allaient dans la salle pour manger. C’était la salle d’un club de foot. (Syan)

En début d’après-midi, nous sommes arrivés au Musée de la Préhistoire. Cyrille, l’archéologue du Musée, nous a montré des outils.( Aaron)

Nous avons été au Tumulus Saint Michel. ( Niels) On est arrivé au pied du Tumulus. D’un côté, on voyait une forme triangulaire. D’un autre côté, un trapèze. En haut, il était rectangulaire. Il était immense. La forme géométrique de la colline , ça veut dire qu’elle n’est pas naturelle. (Sacha)

On a été en haut du Tumulus.Il faisait 12m de haut. Nous avons vu Belle-Ile, Plouharnel, l’entrée du Golfe du Morbihan, Houat et Groix. Le tumulus est visible de loin, parce qu’il y avait une personne importante dedans. (Nolann et Loucka)

Cyrille nous a expliqué qu’il n’y avait qu’une personne dedans. Nous ne savons pas si c’était une femme ou un homme. C’était peut-être un roi ou une reine. Pourquoi on pense qu’il était puissant ? On a retrouvé dans sa tombe monumentale des outils de valeur. (Elina)

Nous avons découvert quelque chose d’extraordinaire : les archéologues ont trouvé dans le tumulus des pierres précieuses qui venaient de trois pays : d’Italie, d’Espagne et du Portugal. (Vianney)

La femme qui a été retrouvée à Téviec avait la tête posée sur la poitrine, les jambes pliées. Elle mesurait 1m60, elle avait un collier en coquillages, peut-être un chapeau, et des bois de cerf. (Marius) Elle a été retrouvée dans la même position que dans le ventre de sa mère, avec des coquillages sur la tête. Sa tête était soulevée par un oreiller. Il y avait des bois de cerf. Ils croyaient qu’elle pouvait renaître (pia).

Nous avons fait un collier avec un silex et de la craie dure. D’abord nous avons fait des groupes de 4 ou 5 personnes. Puis nous avons percé les craies en forme de perle avec un silex. Quand nous avons fini les perles, nous avons poli des pendentifs déjà percés. (Yuna) Cyrille a trempé dans l’huile les pierres (Enora) puis nous avons enfilé les pierres sur une cordelette. (Yuna)

Observons le plancton !

Mardi 10 avril, Antoine et Awen, de l’Observatoire du plancton, sont venus dans la classe.

Pêche du plancton

Nous sommes partis de l’école et nous sommes allés sur le sentier côtier. Nous nous sommes arrétés avant la vase. Antoine (animateur de l’Observatoire du Plancton) a montré le filet qui sert à pêcher le plancton. Les trous du filet sont 70 fois plus petits qu’une mine de crayon taillée. Antoine a enlevé ses chaussures, il est allé dans l’eau et nous a montré comment attraper du plancton. Après il a mis le plancton dans une boîte. Nous avons trouvé des crabes que nous avons ramené pour l’aquarium de notre classe.

Pia

En groupe nous avons regardé au microscope le plancton. Le microscope grossit 40 fois, car à la taille normale on ne voit rien, c’est microscopique. Ça bouge beaucoup et il y en avait beaucoup.

Marius et Sacha

Ensuite, nous avons été répartis en 3 ateliers :

  • Peinture
  • Microscope
  • Chaîne alimentaire

La peinture Nous avons peint avec des algues mélangées à de l’eau (spiruline), et avec des pochoirs. Anna, Lena et Enora

Le microscope Dans une goutte d’eau, on a vu du zooplancton et du phytoplancton. C’était rigolo car ça bougeait. C’était impressionnant car c’était juste une goutte d’eau et il y avait beaucoup de bestioles dedans. (et il y avait aussi des œufs dans le microscope de Niels)

Olympe et Elena

La chaîne alimentaire Mardi 10 avril nous avons travaillé sur la chaîne alimentaire avec Awen et Antoine. Ils nous ont appris plein de choses sur le plancton et nous allons parler de la chaîne alimentaire. La chaîne alimentaire, c’est des animaux qui se mangent les un les autres. Un exemple : Le goéland mange le mulet qui mange les crevettes qui mangent du plancton animal qui mange du plancton végétal qui pousse grâce au soleil, aux sels minéraux et au gaz carbonique. ou le phytoplancton qui pousse grâce au soleil, aux sels minéraux et au gaz carbonique est mangé par le zooplancton qui est mangé par les sardines qui sont mangées par l’espadon.

Jade Yuna et Syan

On surfe aussi sur Internet

La préparation de la cérémonie aux monuments aux morts a été l’occasion de lire quelques poèmes sur le sujet, ainsi que d’un travail de recherche sur Internet : après avoir lu un questionnaire, les élèves ont cherché les mots-clés pertinents pour mener les recherches, puis se sont attelés à la tâche.

Pêche à pied

Compte-rendu par les élèves :

Aujourd’hui, nous sommes partis en vélo à la plage.

A l’aller, presque tout le monde a réussi à monter la côte du pont.On avait tous froid aux doigts. La roue d’Enora a frotté celle d’Anna. Elena s’est arrêtée et Loucka est tombé dans le fossé. Pia s’est cognée contre un trottoir et a fini sur un grillage.

Nous avons d’abord observé l’environnement, puis nous avons été pêcher. Nous avons péché :

  • des poissons de roche (gobis, blennies)
  • des crevettes
  • une limace de mer (jaune)
  • des anémones (fraise, grise, brune)
  • des vers (des hermelles)
  • des crabes verts
  • des bernard l’ermite
  • des escargots de mer (des herbivores et des carnivores)

Pia s’est fait mordre par deux poissons de roche qu’elle relâchait. Aaron a glissé sur un rocher à cause des algues, il s’est fait mal sur des moules. Malaury a aussi glissé. Elle était toute trempée, jusqu’aux cuisses. Elle a mis ses affaires à sécher et s’est enroulée dans une écharpe. On a appelé sa maman pour qu’elle puisse se changer.

Le frein du vélo de Finn a rendu l’âme dans la descente du pont.

Le compte-rendu de la maîtresse :

Nous sommes partis à vélo dans un froid glacial qui laissait craindre le pire : nos doigts étaient gelés bien avant l’arrivée sur la plage, la brume semblait ne pas vouloir se lever. Après avoir observé les lieux, les enfants ont été invités à rechercher dans les mares de l’estran les animaux qui y vivent. Ils s’y sont mis timidement : le froid piquait encore. J’envisageais d’écourter la séance et de rentrer rapidement à l’école nous remettre au chaud. (Déception ultime pour le groupe : pêche décevante et privation de pique-nique) Mais la brume s’est levée, le soleil nous a réchauffé, les premières trouvailles ont motivé les enfants. Tous ont participé activement, la pêche a été bonne.

Nous sommes rentrés à l’école avec une belle pêche et de belle humeur.

Première sortie à la mare

Cette année, nous travaillerons sur les mares. Nous avons attendu le 29 novembre pour cette première sortie : les précipitations de l’été et de l’automne ont été trop faibles pour remplir les mares. Ce jour-là, il faisait froid ! Beau, mais froid. Nous avons commencé notre sortie par un petit jeu qui nous a permis de dégager les caractéristiques du paysage, puis nous sommes descendus vers les mares de Ste Barbe, en passant devant les deux vieux lavoirs et les fontaines. La pêche a été plus fructueuse dans la mare proche des fontaines que dans celle de la dune, mais la deuxième était tellement gelée qu’il a fallu casser la glace pour pouvoir pêcher !

Les insectes pêchés ont été ramenés dans la mare de la classe. Ils ont même commencé à s’entremanger dès la première nuit.

Nous poursuivrons l’étude de ce milieu tout au long de l’année.

Merci à Dominique d’avoir assuré ce beau photoreportage.

Prix des incorruptibles

On a voté pour le prix des incorruptibles. Le suspens était soutenu lundi après-midi pour le vote du Prix des Incos. On connait maintenant le titre des ouvrages qui ont le plus plu aux élèves de Plouharnel, il faudra attendre encore quelques jours pour connaître les résultats nationaux.

Projet Estran

Le 17 mars, nous sommes sortis observer les oiseaux en baie de Plouharnel avec Nicolas Le Garff . A deux pas de l’école nous avons pu commencer nos observations. Nicolas nous a prêté des jumelles et des longues-vues qui nous ont permis d’observer les oiseaux qui vivent sur l’estran. Tous étaient présents : les bernaches, les tadornes, l’aigrette, le courlis, le cormoran, le chevalier gambette, les bécasseaux… Certains mangeaient, d’autres se reposaient tranquillement, à terre ou sur l’eau. Le soleil était au rendez-vous, nous étions concentrés. La semaine suivante Nicolas est passé en classe nous montrer un petit film. Nous avons appris bien des choses sur les habitudes alimentaires et le comportement des oiseaux de la Baie.

Projet forêt

En classe, on prolonge la séance sur le terrain par des recherches documentaires sur Internet.

quelques photos de char

rencontre sportive

Les classes de ce1/ce2 et cm1/cm2 ont rencontré l’école de Saint Pierre Quiberon lors de petits matchs de basket.

Semaine du goût

A l’occasion de la semaine du goût, nous avons organisé des ateliers de dégustation dans chaque classe de l’école. Les PS-MS ont réalisé un hérisson avec des fruits. Les GS-CP ont goûté au mélange sucré-salé fromage-fruits de saison (chèvre frais et raisin, noix, noisette, pomme) Les CE1 CE2 ont découvert le petit déjeuner anglais traditionnel : haricots œuf bacon.

Les CM ont apporté des pains variés (baguettes diverses, pain bis, aux céréales, au pavot, aux noix) et des fromages (camembert, bleu, fourme, maroilles, tomme, parmesan, mimolette). Seule contrainte : commencer par goûter ce qu’avaient apporté les autres élèves. Un moment sympathique de découverte !

Sortie à l’observatoire du plancton, Port-Louis.

Vendredi 7 novembre, nous sommes allés à Port Louis à L’Observatoire du plancton. Tout d’abord, nous sommes allés faire un prélèvement à la cale du Lohic. Il y avait beaucoup de vent et la mer était forte, donc nous n’avons pas pu prélever nous-même, c’était trop dangereux. Nous avons donc regardé l’animatrice. Pour prélever du plancton, elle a utilisé un filet spécial, dont les mailles sont tellement fines qu’on ne voit pas les trous : chaque trou mesure 60 microns (un micron, c’est un millième de mm). Ensuite, nous sommes retournés à l’Observatoire.

De retour dans les locaux, l’animatrice nous a présenté l’Observatoire : L’observatoire du Plancton est une association qui existe depuis 11 ans et donc l’objectif est de faire connaître le plancton. Le plancton, c’est très important parce que : le plancton est à la base de la chaîne alimentaire marine. S’il disparaît, les autres animaux de la mer ne peuvent plus se nourrir, donc s’il disparaît, il n’y a plus d’animaux dans la mer. Le plancton fabrique la moitié de l’oxygène que nous respirons.

Ensuite, grâce à un rétroprojecteur relié à un microscope qui agrandit 400 fois, nous avons observé le plancton prélevé. Dans l’eau, nous avons vu plein de petites choses, il y en avait même qui se déplaçaient très vite ! Ces petites choses, c’est du plancton. Le plancton, c’est un mot qui vient du grec et qui veut dire : « qui erre », c’est à dire qui se laisse aller, qui flotte. Le plancton a plein de formes différentes : on en a vu qui ressemblaient à des baguettes, des carrés, des rectangles, des ronds, des cylindres, des ovales, des spirales… Dans le plancton, il y a deux grandes familles : le phytoplancton (le plancton végétal) le zooplancton (le plancton animal). Nous avons vu du phytoplancton et du zooplancton (larves de bigorneau, de palourde, de méduse, …). Nous avons aussi observé une roche curieuse, qui se forme au fond de la mer lorsque meurent les diatomées : la diatomite. Elle est très légère car elle est constituée de microscopiques coquilles vides collées entre elles !

Après la projection, nous avons travaillé en ateliers : un atelier « observation et identification » au microscope un atelier « dessin d’observation », devant le grand écran. Un atelier « chaîne alimentaire marine ».

Ensuite, nous avons observé un autre prélèvement : nous étions venus avec l’eau de l’aquarium de la classe. Dans cette eau, il y avait beaucoup moins de végétaux que dans l’eau prélevée en mer, sûrement parce que les habitants de notre aquarium les avaient mangés : nous avons même vu des débris de végétaux mangés.

Sortie Aire marine éducative

  Sommaire  

Le 27 septembre après-midi, Nicolas Le Garff est venu à l’école et nous avons parlé de zones où nous pourrions aller. (Niels)

 

Avec Nicolas on a fait une sortie le 4 octobre (Anna) dans l’endroit que nous avons choisi (Syan et Jade). Nicolas nous a guidés (Tristan). Nicolas nous a dit de prendre des papillons en photo(Syan et Jade). Nous avons marché longtemps (Olympe). Nous avons marché de l’école jusqu’à la plage de Kerhellec. (Inès)

C’était un beau jeudi ensoleillé où nous allions faire une sortie avec Nicolas. Le but de la sortie est d’observer les activités de loisirs, les activités professionnelles et la nature. (Paul)

 

En oiseau, il y avait : des oies bernaches, des corneilles, des mouettes, des goélands (Yuna). Nous avons vu plusieurs espèces de papillons : souci, vulcain, piéride. (Inès) Nous avons vu plein de couleurs (Timoté).

 

Ensuite nous avons marché un peu, nous sommes arrivés sur un pont, d’un coté un tout petit ruisseau coulait entre les herbes, de l’autre côté il formait une sorte de S. Il y avait de la terre sur les côtés, c’était un paysage fermé. Puis nous avons continué notre route, plus loin on avait une vue à 360°. (Nolann)

 

Nous nous sommes arrêtés devant une maison où il y avait une pancarte avec marqué dessus : « fortune de mer, infortune de la mer » (Syan et Jade) ; il y avait un dessin, avec des poissons qui protestaient (Vianney) et autour il y avait plein de tongues, de filets de pêche. (Tristan) On a vu un cactus et Tomy a mis sa main dedans. On a dû enlever toutes les minuscules épines (Aaron). Une fois arrivé à Kercroc j’ai touché un cactus. l’horreur, ça me piquait partout, aux genoux, aux mains, aux doigts. (Tomy)

 

Nous avons continué à marcher, pleins de joie et de sourires (Tristan). Après ça on a continué à marcher et on s’est arrêtés sur un petite plage. Aaron a trouvé un rat mort (un mulot) et il l’a enterré. (Elena) J’ai trouvé un rat mort (un mulot) et on l’a retourné, et j’ai vu plein de vers dans le ventre du rat. (Aaron) Il y avait un affaissement de terrain, à cause de l’érosion de la mer. (Nolann) La-bas, il nous a montré des algues bizarres, (des déchets de zoostères dans la laisse de mer). Ensuite, il nous a fait goûter de la salicorne, c’était très salé. (Nolann)

 

J’ai mangé une prunelle. Nous avons trouvé des verres polis, mais très polis, sur la plage de Kerhellec. (Timoté)

 

On a beaucoup marché, mais j’ai bien aimé car avec les copains et les copines on n’a fait que rigoler. (Elena)

Le texte ci-dessus a été composé à partir des comptes-rendus des élèves. Les quelques passages en italique sont de la maîtresse.

Sortie au musée de la préhistoire de CARNAC

Pour conclure notre séquence sur l’art à la préhistoire, nous sommes allés visiter le Musée de la Préhistoire. Le matin, nous sommes donc partis à vélo vers Carnac (contre le vent ! et nous avons bien senti la côte après le Pô), où Cyrille nous a accueillis. Après avoir fait un petit point sur la période préhistorique, Cyrille nous a montré les collections du Musée, en particulier les parures trouvées dans le Tumulus St Michel, dont certaines ont été fabriquées avec des pierres provenant de très loin (Portugal, Espagne, Italie). Nous sommes ensuite passés aux travaux pratiques, en réalisant nous-même un collier à l’aide de cordelettes et de coquillages, avec les mêmes méthodes que les hommes de la préhistoire (ils étaient patients, et savaient faire des noeuds). Après un pique-nique dans le parc Césarine (25minutes pour manger, une heure de jeux de poursuite, il nous restait de l’énergie), nous avons repris nos vélos pour aller voir le Tumulus St Michel, le Dolmen du Courdiec et les alignements du Ménec. Le retour a été un peu plus facile (quoique là aussi, nous avons monté une belle côte) et à l’arrivée, une maman nous a gentiment offert des gâteaux (merci beaucoup).

Sortie de fin d’année : le ranch de Calamity Jane

Le Ranch de Calamity Jane, c’est le far-west à Languidic !

On monte dans un bus, on roule dans la campagne bretonne. Au détour d’une haie, on arrive dans la plaine, avec des enclos, des chevaux, une butte couverte de tipis, une éolienne digne d’un western, un saloon, …. le dépaysement est total !

La matinée des grands a été consacrée à la découverte du monde indien : la confection d’un collier a été le prétexte d’une discussion autour de l’exploitation des ressources naturelles par les indiens, aussi bien pour la réalisation des parures que pour l’alimentation. Ils ont également fait un petit tour à dos de poneys dressés spécialement « à l’indienne ».

L’après-midi, dans le tipi, ils ont découvert d’autres aspects de la civilisation des indiens d’Amérique, avant d’être maquillés. Attention : chaque maquillage avait une signification, un seul enfant portait un maquillage de chef !

Un grand merci à ma photographe Dominique, qui m’a permis à de nombreuses reprises de pallier la panne d’appareil photo (pour cette sortie, mais aussi pour les sorties mare, char à voile, surf….).

Sortie en forêt : découverte de la biodiversité

Nous avions rendez-vous avec Jean-Pierre Pichard, de la Réserve Naturelle de Guidel ( qui est gérée par la Fédération départementale des chasseurs du Morbihan) pour découvrir la biodiversité dans la forêt du Varquez. Après une petite introduction théorique, qui a permis aux enfants de remobiliser leurs connaissances sur le monde du vivant et sur la classification des animaux, ils sont passés aux travaux pratiques : la collecte d’indices de la présence d’animaux dans la forêt. Et ils en ont trouvé ! Ensuite, au soleil dans une clairière, ils se sont concentrés, yeux bandés, à l’écoute des bruits de la forêt. Jean-Pierre reconnaît les oiseaux à leur chant ! Enfin, avant de rentrer à l’école, les enfants ont pu observer quelques moulages d’empreintes d’animaux et toucher des fourrures (de renard, de sanglier, …).

Sortie en forêt : la vie au sol

Sortie en forêt : les champignons

Notre troisième sortie en forêt avait pour objet l’étude des champignons. Nous nous sommes à nouveau rendus à la chaise de César. Séparés en deux groupes, nous avons cherché des champignons, et il y en avait ! Un des deux groupes a également croisé un beau lapin, une salamandre et une grenouille ! Après notre récolte, nous avons étalé les champignons sur une bâche - merci beaucoup à Michel Tanesy qui a conçu ce scénario pédagogique - et nous les avons triés en trois catégories : les champignons à lamelles, les champignons à tube et… les autres.

Sortie estran

Vendredi 6 avril, nous nous sommes rendus au Bois d’Amour à vélo pour poursuivre notre travail sur l’estran, avec Nicolas Le Garff (animateur du Grand site dunaire Gâvres-Quiberon) et des étudiants en BTS du Lycée de Kerplouz.

Etude du paysage On nous a fait faire un premier travail : il fallait entourer le lieu d’où nous sommes partis et le lieu d’arrivée, et repasser le trajet (sur une carte). Deuxième travail : nous avons fait la liste des éléments naturels et des aménagements. Troisième exercice : nous avons recopié le paysage. Niels

Nous avons observé :

  • les éléments naturels (habitats des animaux, faune, flore)
  • les éléments créés par l’homme (bâtiments, aménagements, professionnels. on devait dessiner le paysage qu’on voyait. Finn et Gabriel

Observation des oiseaux dans la baie Nous avons vu avec des jumelles et une longue-vue des tadornes de belon, des goélands argentés, et des aigrettes garzette. Elina et Aaron

Les propriétés des plantes de la dune et de l’estran. Ces plantes résistent à la sécheresse et au sel. Nicolas a pris une bouteille d’eau pour verser sur une plante qui était sèche et renfermée sur elle-même. Quand il a versé l’eau, en quelques secondes la mousse s’est ouverte et est devenue verte et douce. Elle peut résister à la sécheresse et à l’eau salée. Malaury et Melyna, Vianney Nolann et Loucka

Surf

L’année scolaire a commencé sous un soleil radieux et les élèves se réjouissent de reprendre le surf. Quel plaisir de reformer les convois de cyclistes pour aller pique-niquer en haut de plage, avant de se mettre à l’eau !

surf

Les enfants ont repris le chemin de l’école de Surf avec plaisir !

Comme l’an dernier, nous partons de l’école à vélo pour aller pique-niquer en haut de plage. Les enfants apprécient ce moment et le mettent à profit pour commenter les conditions de surf et les prouesses de ceux qui sont dans l’eau !

Nous avons de la chance avec la météo (pourvu que ça dure), il fait beau lorsque nous avons surf.

Les conditions sont réunies pour que l’apprentissage se fasse dans de bonnes conditions, et nous progressons tous.

Surf 2018

Tous les mardis, nous sommes allés à vélo à la plage de la Guérite. Quand on arrive là-bas, nous allons sur la plage pour prendre notre pique-nique. (Enora)

La mer est belle, il y a de belles vagues. On porte les planches de surf à deux. Tout le monde tombe, c’est normal, on est des débutants. On s’entraîne beaucoup pour devenir forts. (Timoté)

Pendant six semaines nous avons été au surf. C’était génial. La première fois il y avait des algues partout sauf là où l’eau arrivait à mon nombril. Je suis tombée dans l’eau tellement de fois que je ne peux pas compter. (Olympe)

Nous remontons les planches à deux c’est très fatiguant. (Laura)

Le dernier jour, on pouvait faire du yoga sur nos planches. (Aaron)

Dans le groupe des plus expérimentés, on a appris à tourner et à prendre de la vitesse sur la vague. (Elina)

A la troisième séance il y avait du backwash. Le backwash, c’est des vagues qui restent sur place. Au premier backwash tout le monde s’est fait emporter. (Laura) A une séance (la troisième) il y avait des grosses vagues. Quand on mangeait notre pique-nique tout le monde disait : « on va tous mourir ». On s’est changés, on a porté les planches et là… il y avait du backwash. Il y a eu un énorme backwash, tout le monda a couru vers la plage et Laura a vu Syan en position casque qui était emportée par la mer ! (Elina)

Taps cycle 3

Les élèves de cycle 3 sont allés au musée de la chouannerie, lors des Taps du jeudi 29 janvier.

Tennis

Après deux annulations dûes à une météo défavorable, nous avons eu notre séance d’initiation au tennis. Romuald, du Tennis club de la Ria, est arrivé tôt ce matin pour installer ses ateliers. Les enfants ont tourné sur les sept ateliers pour travailler les gestes du tennis : le service, l’engagement, la réception, … C’est avec plaisir qu’on reverra Romuald l’an prochain.

une classe de graffeurs

Deux matinées consacrées aux graffitis. Manu, artiste graffeur, est venu à l’école nous parler graffiti. Graffiti, pas tag ! La différence ? Au delà d’une différence dans la technique, Manu a insisté sur la loi : le tagueur est dans l’illégalité, il fait vite pour éviter de se faire prendre, car il risque gros (amendes, prison). Le graffeur répond à une commande. Il réalise une œuvre. C’est un artiste.

Avec Manu, les enfants ont créé leur blaze (une signature de graffeur) et ont réalisé une fresque sur un mur de l’école.

une pile au citron

Nous avons tenté une expérience en sciences : fabriquer une pile avec un citron, du cuivre et du zinc, comme nous l’avions vu dans une vidéo. Après avoir visionné plusieurs fois la vidéo pour rédiger un guide de fabrication (matériaux nécessaires, étapes), les élèves se sont lancés dans la fabrication. Malheureusement, aucune équipe n’a réussi l’expérience.

Nous avons testé nos ampoules avec une pile : les ampoules étaient bonnes.

Nous en avons conclu que cet échec pouvait être imputé à nos petits arrangements avec le guide initial de la vidéo :

  • nous n’avions pas exactement le même type de fils électriques entre notre « pile » et l’ampoule.
  • nous avons essayé d’allumer une ampoule alors que dans la vidéo, c’était une petite horloge électronique. Notre lampe exigeait peut-être plus d’énergie.

Utiliser l’énergie solaire

Encore une expérience en sciences ! Nous avons essayé de chauffer de l’eau en utilisant l’énergie solaire.

Dans un premier temps, chaque élève a réalisé un schéma du dispositif qu’il voulait mettre en place pour chauffer de l’eau avec le soleil. Ensuite, nous avons fait le point sur ce dont nous disposions, à l’école comme à la maison.

Le jour J, nous disposions de récipients en plastiques noirs ou blancs, de film étirable et de papier alu pour faire des couvercles, et d’un beau soleil. Chacun a disposé son récipient, avec ou sans couvercle selon son choix, à l’endroit de son choix (dehors ou dedans).

Le meilleur résultat a été obtenu par : le récipient noir, couvert d’un film alimentaire transparent derrière la fenêtre de la classe. Le verre d’eau (notre unité de mesure) est passé de 18 à 36 °C en une heure, contre 23° à 26° pour les autres choix (récipient blanc avec ou sans couvercle, dehors comme dedans).

Merci à Christine, notre AVS, pour le prêt de son thermomètre de cuisine !

Visite de la chapelle Notre Dame des fleurs

Comme nous travaillons en ce moment sur le rôle de l’église au Moyen-Age, nous sommes allés visiter la chapelle Notre Dame des Fleurs. Merci à M. Alain Le Masson, architecte, qui a eu la gentillesse de nous accueillir et de répondre à toutes les questions des élèves sur la chapelle.